Helmut Kohl

Historien, Ministre président, Chancelier, Dr. phil., Dr. h.c. mult.

* 3. Apr. 1930 Ludwigshafen, † 16. Juni 2017 Ludwigshafen, catholique

Enfance et jeunesse

Helmut Kohl est né le 3 avril 1930 à Ludwigshafen en Palatinat. Son père Hans vient d’une famille paysanne de Franconie et avec son épouse Cécile, ils ont trois enfants, Hildegard, Walter et Helmut. Les enfants grandissent dans une ambiance chrétienne-catholique et baignent dans les valeurs de tolérance religieuse et de patriotisme, de sens du devoir et de solidarité, avec une distance critique face au national-socialisme. L’enfance de cadet choyé de Helmut Kohl se termine brutalement le 1er septembre 1939 avec le début de la deuxième guerre mondiale. Il fait office d’aide pompier à Ludwigshafen et est marqué violemment par la perte de son frère Walter, tombé avec 19 ans lors d’une attaque aérienne en 1944. Avec l’intensification des attaques sur Ludwigshafen, ses parents l’envoient en Bavière, mais là aussi, les attaques s’intensifient. Fin avril 1945, Helmut Kohl commence une marche, avec trois camarades, de 400 km pour rallier sa ville natale. En août 1945, il commence un apprentissage agricole, mais à la fin de l’année, l’école rouvre de nouveau et il continue le lycée.

Après son baccalauréat, Helmut Kohl s’inscrit en octobre 1950 à Frankfurt sur le Main en sciences juridiques et histoire. Ensuite, il continue à Heidelberg et le 28 juillet 1958, il soutient sa thèse de doctorat sur le thème : « Le développement politique du Palatinat et la renaissance des partis politiques après 1945 ».

Carrière politique

Helmut Kohl fait ses premiers pas en politique dans un cercle de discussion du prêtre Johannes Fink, un ancien membre du parti du centre, député du parlement du Land de Bavière et co-fondateur de l’Union chrétienne démocrate du Palatinat. Helmut Kohl apprend ainsi la discussion politique. Il comprend les conséquences négatives de l’émiettement des partis politiques dans la république de Weimar et est convaincu de l’idée d’intégration au-delà des confessions prônée par la l’Union. En 1947, il fait partie des cofondateurs de la Jeune Union en Palatinat. Une première action de haute portée fut le lancement de la campagne électorale pour la première élection du Bundestag (Parlement allemand), en août 1949 dans le château de Heidelberg, organisée par Helmut Kohl aux côtés des dirigeants de la CDU, comme Gustav Heinemann et Konrad Adenauer. Kohl continue sa carrière dans la CDU et devient secrétaire général de la section départementale de la CDU Palatinat, en 1955 il est élu dans le bureau de la CDU de Rhénanie Palatinat.

Homme politique au niveau régional

Sa passion de la politique grandit. Agé de 29 ans, Helmut Kohl est le plus jeune député dans le Land de Rhénanie Palatinat (1959-1976), et entre 1963 et 1969, il est le président du groupe parlementaire de la CDU. Il assume des responsabilités importantes dans les commissions de budget et des finances. Cependant, il reste proche de la base : comme président du groupe parlementaire de la CDU au conseil municipal de Ludwigshafen et comme président de la CDU de Rhénanie Palatinat. Dans cette période, Helmut Kohl fonde sa famille : le 27 juin 1960, il marie son amour de jeunesse Hannelore Renner, en 1963 et en 1965 sont nés les fils Walter et Peter.

Ministre président

Les expériences des années 1960 forment la base pour son ascension future. Kohl a tout juste 39 ans quand il devient Ministre président de Rhénanie-Palatinat. Lors des élections du Land en 1971 et 1975, il a la majorité absolue et attire l’attention au niveau fédéral en tant que jeune talent dynamique et réformateur. Helmut Kohl fait de Rhénanie-Palatinat un « jeunes pays avec avenir » et entreprend des réformes importantes qui portent le pays en avant : réformes dans les secteurs administratif, scolaire, la fondation d’universités, de la santé.

Président du parti et leader de l’opposition

Le 12 juin 1973, Helmut Kohl est élu président de l’Union Chrétienne Démocrate. Il restructure et massifie le partie à travers des réformes intérieures et le développement du programme. Quand il est candidat aux élections de chancelier, en 1976, il a 48,8 pour cent – un excellent score, mais pas la majorité absolue, donc Helmut Schmidt reste chancelier de la coalition social-libérale. Cependant, Kohl quitte ses responsabilités au niveau du Land pour devenir leader de l’opposition à Bonn.

Chancelier de la République fédérale d’Allemagne

Quand la crise de la coalition social-libérale s’accentue à cause de la double-résolution de l’OTAN et des divergences de la politique socio-économique, une motion de censure contre le chancelier fait échouer le gouvernement et Helmut Kohl est élu, le 1er octobre 1982, sixième chancelier de la République Fédérale d’Allemagne. C’est le début d’une période de 16 ans sous le chancelier Helmut Kohl, en effet, la coalition de l’Union et des Libéraux sera réélue, en 1983, 1987, 1990 et 1994.

Durant la première moitié du gouvernement Kohl entre 1982 et 1989, les acquis sont un assainissement des finances de l’état et une baisse des charges fiscales. Ly dynamique économique fait croître le nombre de travailleurs de 1, 3 millions, dans le même temps, l’inflation baisse. Les défis démographiques exigent une restructuration de l’assurance retraite obligatoire en instaurant l’égalité homme femme lors de la retraite de conjoint. Pour une première fois, les prestations de mères comme éducatrices sont rémunérées. Le congrès national de l’Union à Essen en 1985 instaure définitivement un nouveau partenariat entre homme et femme et pose les bases pour une nouvelle politique moderne de la femme et de la famille, parmi d’autres avec la création du ressort de politique féminine au niveau du ministère de jeunesse, famille et sports. Dans la même période, une décision de la politique de médias autorise la création de chaînes de télévision privée. Les points essentiels de la politique énergétique sont la promotion de nouvelles technologies pour une plus grande autonomie vis-à-vis d’importateurs extérieurs, l’introduction du catalyseur automobile et les programmes pour économiser l’énergie aident à lutter contre le dépérissement des forêts. Suite à la catastrophe de Tschernobyl, Helmut Kohl regroupe en 1986 les ressorts de l’environnement et de la protection de la nature dans le nouveau ministère fédéral de l’environnement.

Lutteur pour l’Europe

Le point focal de la politique de Helmut Kohl est la continuation du processus de l’unification de l’Europe, la fiabilité envers les voisins et l’intensification de la coopération politique. Toute sa vie, Kohl a tiré son inspiration de ses racines dans le Palatinat et sa conviction que seulement une coopération des peuples en Europe pourra éviter de nouvelles contradictions et inimitiés, de nouvelles guerres et catastrophes. Depuis sa jeunesse, Helmut Kohl est un Européen convaincu : jeune, il a enlevé des barrières entre le Palatinat et l’Alsace. Chancelier, il s’est investi pour faire réussir l’accord de Schengen qui abolit les barrières de frontière entre les pays membres de l’Union Européenne. Sans Helmut Kohl, il n’y aurait pas le marché commun européen, l’ouverture de l’Union Européenne aux pays réformateurs de l’Europe centrale et orientale et l’Euro, conclu dans le traité de Maastricht, comme monnaie européenne commune inclus le pacte de stabilité.

Un moteur essentiel est l’amitié franco-allemande. Sans équivoque, le geste de Helmut Kohl et Francois Mittérand en 1984 : la main dans la main, devant les tombes de Verdun : symbole fort et on ne peut plus clair de la réconciliation. Le chancelier Helmut Kohl a recu déjà en 1986, la médaille Robert-Schumann pour des mérites exceptionnels pour l’unification européenne. Deux ans plus tard, Kohl et Mittérand recoivent le prix international Charlemagne de la ville d’Aix la Chapelle. La consécration viendra le 11 décembre 1998 quand les chefs d’état et de gouvernement européens le nomment « Citoyen d’honneur de l’Europe », une distinction décernée auparavant seulement à Jean Monnet.

Chancelier de l’Unité

Le glas historique de Helmut Kohl sonne en 1989. Le chancelier saisit la chance d’accomplir l’unité allemande dans la liberté – conforme à l’esprit de Konrad Adenauer. Helmut Kohl n’a jamais pu accepter le fait d’avoir deux états allemands et a toujours percu la préambule de la constitution allemande – donc l’aspiration de la constitution à l’unité allemande – comme objectif.

Après la chute du mur le 9 novembre 1989, il prend l’initiative avec un plan de dix points, le 28 novembre. Son discours devant les ruines de la Frauenkirche à Desden, le 19 décembre, renforce l’aspiration des populations de l’unité. La première et en même temps dernière élection législative libre de l’Allemagne de l’Est, le 18 mars 1990, constitue un signal pour l’Alliance pour l’Allemagne qui coopère avec la CDU. Helmut Kohl gagne les chefs de gouvernement des autres pays à la cause de l’unité allemande en demandant leur confiance. Les amitiés avec Michail Gorbatschow, George Bush, Francois Mittérand et d’autres partenaires sont la base de leur accord avec l’Unité Allemande. Cependant, Helmut Kohl refuse autant une réunification de l’Allemagne avec les frontières de 1937 qu’un nationalisme exacerbé. Visionnaire européen, il ancre profondément l’Allemagne dans le système des alliances occidentales. Cette concordance avec les partenaires, les voisins européens, particulièrement l’amitié avec la France et la réconciliation avec la Pologne ainsi que la relation empreinte de confiance avec la Russie témoignent de sa volonté d’intégrer l’histoire allemande dans le grand contexte européen.

L’Unité Allemande est réalisée le 3 octobre 1990, suivie des premières élections générales, le 2 décembre : Helmut Kohl devient le premier chancelier de l’Allemagne réunifiée.

Défis de sa deuxième phase de gouvernement

Le plus grand défi après l’unité allemande selon le droit des états était la réunification des 16 Länder, au niveau économique, social et aussi émotionnel. L’héritage financier de la RDA fut plus lourd qu’estimé auparavant, des réformes intérieures nécessaires furent bloquées au niveau du Bundesrat (représentation des Länder) avec une majorité social-démocrate. Cependant, le gouvernement Kohl réussit à privatiser et à dé-monopoliser les entreprises publiques de postes et télécommunications, de déréguler le marché de l’emploi, de réformer le secteur de la fiscalité des entreprises et d’ajuster le système de sécurité sociale au développement démographique. Dans le secteur de la politique étrangère et de sécurité, l’Allemagne doit s’adapter avec la Bundeswehr – l’armée allemande – aux exigences internationales.

Après la défaite de la CDU aux élections générales en 1998, la législature de Helmut Kohl de 16 ans prend fin. En même temps il quitte, après 25 ans, la présidence de l’Union chrétien démocrate.

CV

1950 Baccalauréat à Ludwigshafen

1950-1958 Etudes d’histoire et de sciences juridiques et étatiques à Frankfurt sur le Main et à Heidelberg, doctorat en 1958

1959-1969 Conseiller à l’Union de l’Industrie chimique

1947 CDU, cofondateur de l’Union des jeunes à Ludwigshafen

1953 Membre du bureau de la CDU du Palatinat

1954-1961 Président adjoint de l’Union des Jeunes de Rhénanie-Palatinat

1955-1966 Membre de la CDU du Land

1959 Président de la CDU du département de Ludwigshafen

1960-1969 Conseiller municipal et président de groupe parlementaire CDU Ludwigshafen

1959-1976 Membre du Parlement du Land de Rhénanie Palatinat

1961-1963 Président adjoint du groupe parlementaire CDU

1963-1967 Président de la CDU de la section de Palatinat

1966-1974 Président de la CDU de Rhénanie Palatinat

1969-1976 Ministre-président de Rhénanie Palatinat

1969-1973 Président adjoint de la CDU au niveau fédéral

1973-1998 Président de la CDU fédérale

1976-2002 Membre du Bundestag (parlement) allemand

1976-1982 Président du groupe parlementaire CDU/CSU au Bundestag

1982-1998 Chancelier de la République Fédérale d’Allemagne

Auteur

Hanns Jürgen Küsters

paru

Jordan, 20 Juin 2017

Helmut Kohl

mis à disposition par

Logo: Konrad-Adenauer-StiftungJordan Office