A propos de

Disponible aussi en Deutsch, English, Português

Bienvenue

Liberté, justice et solidarité sont les principes fondamentaux qui guident le travail de la Konrad-Adenauer-Stiftung (KAS). La KAS est une fondation politique proche de l’Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (Christlich Demokratische Union Deutschlands, CDU). En tant que cofondateur de la CDU et premier chancelier fédéral allemand, Konrad Adenauer (1876-1967) a uni les traditions chrétiennes-sociales, conservatrices et libérales. Son nom est associé à la reconstruction démocratique de l’Allemagne, à l’ancrage du pays, en matière de politique étrangère, dans une communauté de valeurs transatlantique, ainsi qu’à la vision d’une entente européenne et à l’orientation vers l’économie sociale de marché. Veiller à la préservation de son héritage spirituel reste pour nous à la fois une mission et un engagement.

Par notre coopération européenne et internationale, nous nous mobilisons pour que les hommes puissent vivre comme ils l’entendent, dans la liberté et la dignité. Nous contribuons, par notre travail axé sur les valeurs, à ce que l’Allemagne puisse honorer ses responsabilités croissantes à travers le monde.

Nous voulons inciter les hommes à participer en ce sens au façonnement de l’avenir. A travers plus de 70 bureaux dans le monde et des projets dans plus de 120 pays, nous apportons une contribution propre à l’encouragement de la démocratie, de l’Etat de droit et de l’économie sociale de marché. Pour assurer la paix et la liberté, nous cherchons à favoriser un dialogue permanent en matière de politique étrangère et de sécurité, de même que les échanges entre les cultures et les religions.

L’homme est au centre de nos préoccupations, dans sa dignité qu’il est impossible de confondre, dans ses droits et dans ses devoirs. Il constitue pour nous le point de départ pour la justice sociale, la démocratie libérale et l´économie durable. En rapprochant les personnes qui assument leurs responsabilités sociales, nous développons des réseaux actifs au sein de la politique, de l’économie et de la société. Notre management politique du savoir accroît les chances de pouvoir structurer la mondialisation de façon socialement juste, écologiquement durable et économiquement efficace.

Nous travaillons en partenariat avec des institutions publiques, des partis politiques, des organisations issues de la société civile ainsi que des élites choisies. Au regard de nos objectifs et nos valeurs, nous voulons en particulier renforcer dans le futur la coopération, au niveau régional et global, en matière de politique de développement. Avec nos partenaires, nous contribuons à un ordre international qui permet à chaque pays de se développer dans la liberté et selon sa propre responsabilité.

L’objectif du Programme pour la Promotion de l’Etat de Droit pour l’Afrique Sous-Saharienne est de contribuer au développement et renforcement des systèmes de droit efficaces qui correspondent aux exigences de l’Etat de droit. Cela c’est une condition sans laquelle il n’ y aura pas du développement démocratique dans les pays de la région Sous-Saharienne. Complétant le travail des bureaux de la Fondation Konrad Adenauer chargés des programmes pour les pays de la région dans le domaine de l’Etat de droit, ce programme a également comme but, le renforcement des résultats dans ces pays et à l’Union Africaine à travers des réseaux et des débats sur des problèmes parfois sensitifs au niveau régional et continental.

La région Sous-Saharienne comprend 48 pays. Et les questions relatives à l’Etat de droit sont très larges. Pour qu’il y ait de l’efficacité substantielle, ce programme se concentrera donc à un petit nombre de thèmes essentiels, qui sont pertinents au développement politique – et comme ça aussi économique et social – pour le continent. Ces thématiques seront donc surtout «l’Indépendance de la Justice» et «Constitutionalisme». Pour réaliser du progrès ici, il sera impératif d’appuyer les réformes constitutionnelles. Mais il sera également important, dans une deuxième phase, de lier la réalité avec les constitutions écrites. Dans la plus part des pays africains, il existe un grand écart entre ce qui figure dans la constitution et la vie réale.

Ceci sera possible seulement si les tribunaux et les juges sont assez indépendants et consolidés qu’ils puissent garantir l’ordre constitutionnelle et assurer les droits des citoyens et surtout les droits de l’homme.

Pour cette raison c’est donc un des objectifs principaux du programme de travailler avec l’Union Africaine et la Cour Africaine sur les Droits de l’Homme, qui est prévue commencer son travail en 2008.

Ce programme veut aussi assister l’intégration régionale en Afrique notamment dans la Communauté de l’Afrique Orientale. Intégration régionale offre une chance d’assimiler et renforcer des initiatives de réforme différentes tout en créant des structures de l’Etat de droit dans les pays participants.

C’est difficile – et peut-être impossible – de établir des systèmes légaux qui correspondent aux exigences de l’Etat de droit, si l’ambiance politique n’est pas favorable, ou même contre ou hostile. Il est donc important de contribuer à telle ambiance favorable ou même à sa création tout en renforçant et assurant une liaison entre tous les acteurs progressifs qui s’impliquent dans ce domaine. Nous souhaitons alors travailler avec toutes les parties importantes pertinentes, notamment : Les Tribunaux (y compris la Cour Africaine sur les Droits de l’Homme) et Juges, les Parlements, les Partis Politiques, les Gouvernements, les Procureurs, les Agences de Sécurité, les Administrations, les Universités (surtout les Facultés de Droit), les ONG, surtout ces qui sont impliquées dans le domaine des droits de l’homme (y compris les Eglises), les Journalistes et les Médias.