Konrad-Adenauer-Stiftung (Logo)

Un monde sans faim

La Konrad-Adenauer-Stiftung soutient « un monde sans faim ». Plus de 800 millions de personnes dans le monde souffrent encore de malnutrition. La faim conduit au conflit et à la migration. Dans le cadre de l'initiative spéciale du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ), la KAS est actif dans dix pays africains dans le cadre de ce programme.

Nos objectifs

Au Mali, au Niger, au Burkina Faso, en République démocratique du Congo et au Kenya, l'objectif est de permettre aux décideurs politiques nationaux et locaux de réagir rapidement aux facteurs qui peuvent conduire à des pénuries alimentaires. Le but est que les décideurs politiques utilisent les systèmes d'alerte précoce et mettent en œuvres les stratégies existantes de prévention des crises et d'intervention.
En Namibie, au Malawi, au Zimbabwe, au Bénin, au Togo et au Burkina Faso, l’objectif est de renforcer les droits fonciers des femmes. Cela consiste à faire en sorte que les femmes des régions du projet aient un accès sûr et équitable aux ressources et à la terre.

Dans quelles régions sommes-nous actifs ?

Au Kenya, nous sommes actifs dans les régions de Baringo et de West Pokot. En RD Congo, nous avons des projets dans des districts sélectionnés du Katanga, du Sud-Kivu et des provinces orientales. Au Sahel, nous sommes actifs dans la région frontalière de Liptako-Gourma entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso.
Au Bénin, nous sommes actifs dans les provinces de l'Atlantique et du Littoral, au Burkina Faso dans les provinces de Seno, Gourma et Tapoa, et au Togo, nous sommes dans les provinces de Sud-Est Maritime et Kara. En Namibie, nous sommes dans les quatre régions d'Omusati, Oshana, Ohangwena et Oshikotoreg, au Malawi dans les districts de Mzimba et Zomba. Au Zimbabwe, nous sommes actifs dans les régions des Midlands et du Manicaland.

Avec qui nous travaillons ?

  • représentants du gouvernement et des autorités aux niveaux national et local
  • parlementaires et partis politiques
  • organisations de la société civile
  • autorités traditionnelles et dirigeants des communautés religieuses
  • les associations paysannes et agricoles
  • représentants des médias (en tant que multiplicateurs)
  • les femmes, en particulier les veuves et les personnes seules/parents
  • public

Qu'est-ce qu'on fait ?

  • la formation des unités administratives locales et des acteurs de la société civile, par exemple sur les causes de la vulnérabilité et les systèmes d'alerte précoces existants
  • la formation des décideurs politiques sur l'adaptation des plans de développement local pour une meilleure préparation aux crises alimentaires
  • la formation des parlementaires sur la législation pratique en matière de prévention des crises, dans le but d'assurer que les commissions débattent de la sécurité alimentaire et de la prévention des crises
  • élaboration de manuels de formation pour fournir des connaissances sur les systèmes locaux d'alerte précoce aux échelons inférieurs du gouvernement
  • sensibilisation et formation des femmes et des autorités traditionnelles dans les régions rurales au contexte juridique codifié et traditionnel, aux droits civils, en particulier au droit foncier et au droit de la famille, à l'achat, à l'acquisition et à l'héritage de terres
  • formation de médiateurs mobiles chargés d'aider les femmes à résoudre des problèmes pratiques et des questions liées à l’accès à la terre (parajuristes)
  • la mise en réseau et les forums de dialogue entre les institutions nationales, les acteurs politiques, de la société civile au niveau local et les autorités traditionnelles
  • formation sur le plaidoyer et le lobbying à tous les niveaux politiques
  • sensibilisation du grand public, en partie dans la langue locale: débats radiophoniques et télévisés, road shows et bandes dessinées
  • la formation de journalistes pour accroître et améliorer la couverture médiatique des questions liées à la sécurité alimentaire
Achtung
Aktivieren Sie bitte JavaScript in Ihren Browsereinstellungen.
Bitte laden Sie das Flash-Plugin hier, um den Inhalt zu sehen. ›

Kontakt

Abbildung
Referentin für Subsahara-Afrika
Andrea Kolb
Tel. +49 (0) 30 26996 3574
Andrea.Kolb(akas.de