REUTERS/Stringer

Titre unique

Afrique de l'Ouest – Bilan de la pandémie de COVID-19

de Gunter Rieck Moncayo, Annika Schröder, Klaus Findt, Kimberly McEwan, Christian Lindfeld

Une perspective indicative sur l'impact et le potentiel futur, basée sur plus de 40 entretiens avec des experts de la région ouest-africaine.

La pandémie de COVID-19 a frappé de nombreux pays d'Afrique subsaharienne sur la voie de la croissance et de la stabilisation, et comme tous les autres pays du monde, ils n'étaient absolument pas préparés. Les restrictions sur les activités économiques résultant des blocages et de l'instabilité macroéconomique augmentent la pauvreté et menacent les moyens de subsistance. Sans aucun doute, l'Afrique subsaharienne est confrontée à des défis économiques et sociopolitiques majeurs.

La Konrad-Adenauer-Stiftung s'est associée à Africa Advisors pour examiner de plus près l'impact de la pandémie sur la région ouest-africaine : Quels types de développements positifs ou négatifs dans les pays d'Afrique de l'Ouest se poursuivent dans le cadre de la pandémie actuelle de COVID-19 ? Et comment les pays ouest-africains vont-ils répondre à la crise du COVID-19 ainsi qu'à ses probables impacts à moyen et long terme ? Ces questions sont à l'origine de cette étude, qui n'a pas pour but d'adopter un "regard extérieur", mais plutôt d'inclure les connaissances des experts qui ont pu suivre les développements dans leurs pays respectifs au cours des dernières années et sont donc maintenant mieux positionnés pour évaluer les impacts de la crise du COVID-19. L'étude se base sur plus de 40 interviews d'experts, qui ont été enrichies par des recherches correspondantes sur les données et les faits.

  • En Afrique subsaharienne, il y a eu des points communs dans la lutte contre la pandémie, mais aussi des différences, qui tiennent à la diversité des environnements socio-économiques et politiques des différents pays avant la crise.
  • Les mesures de confinement rapides et souvent strictes adoptées après l'enregistrement des premiers cas sont une caractéristique commune qui a évité à de nombreux pays des taux d'infection plus élevés au début, ce qui aurait surchargé les systèmes de santé respectifs.
  • Dans presque tous les secteurs, deux grandes faiblesses sont à nouveau apparues : D'une part, le manque de valeur ajoutée de la production locale du pays et la dépendance associée aux importations. Et d'autre part, le nombre extrêmement élevé d'emplois informels, qui sont immédiatement affectés existentiellement par tout revers économique.
  • Dans les années à venir, il sera encore plus important pour la région de l'Afrique de l'Ouest de créer davantage d'intégration et de coopération régionales afin de se développer en tant que région et d'éviter d'être divisée entre précurseurs et parias.
  • Dans ce contexte, le poids lourd économique qu'est le Nigeria doit également jouer un rôle important, voire être le moteur de la croissance. Mais pour devenir la locomotive économique de la région, il doit résoudre sa grande dépendance au pétrole et s'attaquer à ses problèmes de sécurité interne.
  • L'Afrique subsaharienne peut et doit jouer un rôle plus important en tant que partenaire politique de l'Europe dans la discussion de sujets tels que les défis de la migration, les dépendances vis-à-vis de pays uniques comme la Chine et les partenariats nécessaires au 21e siècle.

partager