Présentations & compte-rendus

L’avenir des transports publics en Tunisie

de Olfa Béji

Séminaire

En vue de faire le point sur la situation du transport public en Tunisie et de poser les jalons d’une stratégie globale en mesure de remédier aux différentes problématiques hypothéquant l’avenir de ce secteur stratégique quant aux équilibres économiques et sociaux du pays, la Konrad-Adenauer-Stiftung (KAS) et l’Institut Tunisien des Etudes Stratégiques (ITES), en collaboration avec le Ministère du Transport, ont organisé le vendredi 13 mai 2016 un séminaire sur « l’avenir des transports publics en Tunisie » à Tunis.

En effet, le secteur du transport public en Tunisie souffre d’une crise structurelle aigue qui s’est accentuée pendant ces dernières années, dictant une meilleure coordination des efforts des différents intervenants afin de déterminer les éléments stratégiques permettant de réaliser les changements nécessaires à l’amélioration du niveau des différents modes de transport public et à l’amélioration des conditions de vie du citoyen.

Visant à alimenter une réflexion stratégique à travers un diagnostic consensuel de l’état des lieux et à identifier les options stratégiques ouvrant la voie à un avenir meilleur pour les transports publics en Tunisie, plusieurs acteurs concernés par le secteur du transport public ont confirmé leur présence. Parmi ces acteurs : la présidence du gouvernement, les ministères, les commissariats régionaux de transport, les entreprises de transport du secteur public, les entreprises de transport du secteur privé, experts, des représentants de la société civile.

Dans le cadre de la séance plénière puis des travaux en ateliers, le séminaire a été modérée par des experts en la matière.

Un état des lieux du transport public de personnes en Tunisie a été, d’abord, exposé indiquant cinq axes d’orientation stratégique qui sont : la dégradation de la qualité du service, les déficits financiers des entreprises, la prolifération du transport informel et la désorganisation dans le transport irrégulier, le problème de l’infrastructure routière et ferroviaire, et la question relative à l’énergie et la sécurité.

S’inspirant de plusieurs expériences notamment l’expérience française, Philippe Cyrille Berton, directeur de l’Agence Française de Développement AFD, bureau de Tunis, a traité le sujet du développement durable et les interventions de l’AFD dans ce sens. Plusieurs défis stratégiques comme l’assistance technique stratégique en matière de transport ferroviaire, la question de financement, de PPP, de communication, et également de l’utilisation des NTIC vers un transport « intelligent » sont à relever.

De son côté,Papa Mamadou Fall, Département Transport et TIC à la BAD, a évoqué la question du financement « climat » et du financement des infrastructures, dans l’approche de la BAD en Afrique en matière de transport urbain, tout en soulignant que les interventions s’adressent principalement au secteur routier. En termes de la perspective de la BAD en Tunisie, une réforme du secteur du transport collectif ainsi que la séparation entre l’exploitation et la régulation s’imposent.

Côté financier, le représentant de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a plaidé pour une réforme au niveau du secteur financier, l’énergie et le développement durable, ainsi que l’infrastructure et le financement des PME.

Les quatre présentations étaient suivies d’un débat riche entre les orateurs et les participants au séminaire. Les questions abordées tournaient essentiellement autour de la régulation, ce qui a bien ouvert le chemin vers le travail en ateliers sur les quatre thématiques stratégiques.

Lors de la deuxième partie du séminaire, les travaux en quatre ateliers a eu comme objectif de fournir un cadre d’orientation stratégique pour le développement futur du transport public en Tunisie, d’identifier les facteurs clés de changement au niveau stratégique et enfin d’identifier des mesures opérationnelles (de politique institutionnelle, réglementaire, technique, organisationnelle…).

Les actions émanant les travaux du séminaire sur "l'avenir des transports publics" ont dégagé plusieurs facteurs de changement dont les plus importants sont l’aspect législatif d’où la Révision de la loi N°33-2004 et l’aspect financier (financement, taxes, création de fonds locaux, viabilité financière, rationalisation du coût du transport). D’autre part, l’implication du secteur privé s’impose à l’heure actuelle où l’Etat Tunisien, seul, ne peut plus supporter le fardeau de fiancer le secteur transport.

Evoquant l’importance du benchmarking et d’amélioration au niveau du service fourni, il est devenu nécessaire d’investir dans la mise à niveau et la modernisation du secteur à travers le recrutement de personnel qualifié, sa responsabilisation, sa formation et sa motivation d'une part, et à travers les nouvelles techniques intelligentes.

partager

Présentation des résultats des travaux en ateliers
Restitution
Participants au séminaire