Présentations & compte-rendus

Les attitudes de l´Europe face aux révolutions du printemps arabe

de Hatem Gafsi
Certains disent que l’Europe a une attitude positive à l´égard du printemps arabe mais d´autres sont convaincus que son attitude est plutôt négative. Devant cette divergence, des experts-chercheurs maghrébins et européens ont essayé de répondre à plusieurs questionnements et éclaircir multiples zones d´ombres.

Des ambassadeurs, d’anciens ministres, des professeurs chercheurs venant de Tunisie, Algérie, Maroc, Libye, Mauritanie et Italie ont participé a cet évenement.

l’accent a été mise sur l’importance de la révolution pacifique tunisienne, au niveau arabe et international qu’aucun analyste et cercle de décision n’a prévu. La liberté d’expression reste aujourd’hui l’acquis le plus important de cette révolution. il a été rappellé que le sujet soulevait de nombreuses questions au niveau du travail académique ou du terrain.

Lors de ce congrès, six séances scientifiques ont été organisées et 16 études ont été présentées. Pour certains, lors la première vague des révolutions du printemps arabe, les positions occidentales étaient empreintes de prudence, d’hésitation et de peur des issues possibles et de leurs conséquences. Pour d´autres, les réactions des médias occidentaux suivaient les tensions politiques internationales, selon les orientations idéologiques de leurs pays.

Dans le cadre des révolutions du printemps arabe, les cas de l’Algérie et de l’Egypte ont été évoqués, où la pérennité du pouvoir est liée au défi sécuritaire. Au cours du débat, certains intervenants ont suggerés la révision des relations de l’union européenne avec les pays du printemps arabe et du sud de la Méditerranée.

partager