Présentations & compte-rendus

One Belt One Road, quelles opportunités et quelles menaces pour la Tunisie ?

de Slim Jaoued

Eine Bestandsaufnahme der chinesisch-tunesischen Beziehungen

La Konrad-Adenauer-Stiftung (KAS) et le Forum de l’Académie Politique (FOAP) ont organisé une Rencontre-Débat portant sur le thème One Belt One Road, quelles opportunités et quelles menaces pour la Tunisie ?

Depuis 2013, la chine réinvente les nouvelles routes de la soie, ayant pour objectif de relier la Chine au proche orient, à l’Afrique et à l’Europe. Et ce, par voie terrestre comme par voie maritime. Les deux routes combinées pourraient former une boucle liant les trois continents. Cela nécessite un investissement en infrastructure dans les routes, voies ferrées, ports… Le but principal est de renforcer son leadership régional sur le plan géopolitique et économique.

Depuis la révolution, l’économie tunisienne a connu un faible niveau d’investissement, un important recul de la productivité, une instabilité due à des changements politiques et économiques qui ont causé un déficit commercial au niveau de la balance de paiement, et une dépréciation de la monnaie nationale. Malgré le soutien considérable et l’appui de l’UE ; la Tunisie œuvre pour élargir son réseau de partenariat en s’ouvrant de plus en plus sur le continent Africain, mais également de considérer l’Asie comme un nouveau marché cible. Depuis juillet 2017, des échanges diplomatiques ont permis le renforcement du partenariat commercial avec la Chine et une amélioration de la coopération bilatérale.

Essayant de répondre à la question One Belt One Road, quelles opportunités et quelles menaces pour la Tunisie ? L’expert présent pour l’occasion a présenté des exemples de pays arabes qui ont adhéré à ce programme, que ce soit les pays du Golf, l’Egypte, le Maroc et la Tunisie. Toutefois, il a démontré l’intensification des investissements économique dans plusieurs pays arabes tout en précisant qu’il y a un autre enjeu à savoir celui de la reconstruction de la Libye dès que la situation se stabilise là-bas.

La Tunisie par sa position stratégique, à la porte de l’Afrique et de l’Europe est un point de passage important. Elle peut être un hub compétitif pour la région euro-méditerranéenne, sachant que depuis la dernière décennie, plusieurs produits chinois ont envahi le marché tunisien, et par conséquent ils ont eu des répercussions négatives sur l’écoulement des produits locaux. Toutefois, pour quelques secteurs, il y a eu une coopération avec l’ouverture du marché de l’automobile et de la téléphonie mobile.

Les échanges ont été directs avec l’auditoire. Certains participants pensent qu’il s’agit d’une opportunité économique pour la Tunisie qu’elle devra saisir, en intensifiant la coopération dans les différents secteurs (primaire, secondaire et tertiaire) ; par contre d’autres participants sont convaincus, que les échanges gagnant-gagnants entre les deux pays peuvent l’être, uniquement dans quelque secteurs, comme celui du secteur primaire avec l’exportation de huile d’olive, dattes, agrumes,…) et à un moindre degré, pour le secteur secondaire comme les industries manufacturières, malgré qu’elle enregistre une attraction en matière d’innovation et de développement du TIC ; alors que beaucoup de travail reste à faire concernant le secteur tertiaire qui regroupe les industries de services.

Face à la situation et la transition démocratique qui dure depuis plus que sept ans, et les changements survenus depuis le blacklistage de la Tunisie, implémenter les réformes adéquates constitue une priorité. Toutefois, diversifier ses partenaires internationaux, est une opportunité qui pourrait engendrer des profits notamment sur les plans économiques et le plan financier.

partager

Contact

Dr. Holger Dix

Dr. Holger Dix

Directeur du programme régional du dialogue politique en Afrique subsaharienne, Directeur par intérim du bureau de la fondation en Afrique du Sud

holger.dix@kas.de +27 11 214 2900 +27 11 214 2914