Présentations & compte-rendus

Fils d’Abraham sur la terre de la Tunisie.

Conférence à l’occasion de la semaine internationale de l’harmonie interconfessionnelle

Samedi 08 février 2014, à l’occasion de la semaine internationale de l’harmonie inter-confessionnelle, s’est tenue à l’Hôtel Africa une conférence sur le thème : « Fils d’Abraham sur la terre de la Tunisie », en partenariat entre la Konrad-Adenauer-Stiftung (KAS), bureau de Tunis et l’Association Tounes Al Fatat.

La rencontre était une occasion de réunir des spécialistes des trois grandes religions monothéistes qui ont depuis toujours cohabité ensemble, en harmonie sur la terre de la Tunisie.

Après un bref aperçu de l’histoire de la coexistence religieuse en Tunisie, présenté par le Professeur Neji Jalloul, Père Jean Fontaine a rappelé pour sa part le parcours et l’histoire de la confrérie des Pères Blancs, présente et active en Tunisie depuis les années 30. Il a souligné notamment que « la nouvelle constitution tunisienne a ce qu’il faut pour que les tunisiens non musulmans puissent vivre en paix en Tunisie».

Le Professeur et musicologue Mohamed Garfi a présenté par la suite une rétrospective de ces grands noms de la musique judéo-tunisienne qui ont tant apporté à la musique tunisienne et dont l’influence est encore palpable aujourd’hui.

Professeur Habib Kazdaghli s’est penché quant à lui sur le parcours de ces juifs tunisiens qui ont eu un grand rôle dans le mouvement nationaliste tunisien avant l’indépendance, à l’image de Georges Adda grande figure du communisme tunisien.

La deuxième partie de la journée a été marquée par les présentations de Kamel Chaouachi, Père Jonathan Bahago et Jacob Lellouche. L'interaction et la ressemblance frappante entre la langue tunisienne et la langue maltaise ont été au coeur du propos de M. Chaouachi. Suivant ces derniers, MM. Bahago et Lellouche ont partagé avec les intervenants leurs expériences quant à la coexistence interconfessionnelle, respectivement dans les domaines de l'humanitaire et de la politique.

La conférence s'est achevée par la conclusion du Professeur Amel Grami, dans laquelle elle mit en évidence les défis et les problèmes auxquels se trouve confrontée la coexistence entre religions depuis l'avénement du "printemps arabe".

Vous pouvez trouver un article de presse concernant la conférence sous le lien suivant.

partager