Présentations & compte-rendus

Université algérienne : Espace et pratiques

de Nora Beldjoudi
Lieu de savoir, de sciences, d’innovation et de rencontres, l’université algérienne interroge à plus d’un titre. Etant depuis toujours considérée comme un espace prolixe qui réunit des pratiques à plusieurs variables, cette institution plus que centenaire a été le réceptacle favori des différents événements qui ont traversé le pays.

Après avoir été française par excellence, elle a abrité les plus chevronnés des étudiants révolutionnaires pour libérer la terre et le peuple. Elle a reçu les plus informés des étudiants d’obédience socialiste avec toutes les tendances politiques de gauche et d’extrême gauche pour défendre le régime que l’indépendance a généré et le contre-régime. Elle a vu naître les premiers islamistes qui ont été la base même de l’idéologie des années 1990 engendrant la décennie sanglante, comme elle les a vu régresser dans leurs convictions et leur façon d’être. Et même plus.

La Fondation Konrad Adenauer, en partenariat avec le laboratoire Religion et société de l’Université Alger2, a organisé, le 25 novembre 2019, une conférence à l’université d’Alger 2, pour discuter de ce qui se passe dans l’espace universitaire en ce moment même.

Cette rencontre intitulée « Université algérienne :  Espace et pratiques » a réuni plusieurs générations, celle qui a fréquenté l’université d’Alger de la fin des années 1960, celle des années 1990 , celle des années 2010 ainsi que la génération actuelle. Chacune a eu l’opportunité de s’exprimer sur son époque sociale, politique et économique.

Le débat a tourné autour de plusieurs thématiques : d’abord comment naît une idée ?

Pour les intervenants, avant même de trouver échos dans le monde extérieur, l’université est le terreau de formations idéelles. C’est une pépinière qui fait germer les idées nouvelles pour les lancer dans le monde réel, un laboratoire qui formate les esprits et les recompose, les déconstruit pour les reconstruire.

A l’image de ce qui se passe actuellement dans la rue, les étudiants d'aujourd’hui sont très inquiets. Les horizons sont flous, le malaise est visible et les questions persistantes. Vont-ils être enfin la génération du renouveau qui verra la germination d’une université savante hautement responsable productrice d’intelligence ou vont-ils encore continuer à traîner « les vieilles casseroles » que les périodes précédentes auront laissées derrières ?

partager

Contact

Dr. Holger Dix

Dr. Holger Dix

Directeur du programme régional du dialogue politique en Afrique subsaharienne, Directeur par intérim du bureau de la fondation en Afrique du Sud

holger.dix@kas.de +27 11 214 2900 +27 11 214 2914
Contact

Nora Beldjoudi

Nora Beldjoudi

Chargée de programme

nora.beldjoudi@kas.de +213 44 193 505 +213 44 193 503