Diamant du Kasaï oriental: Frein ou moteur du développement.

Atelier dans la province du Kasaï oriental

​​​​​​​

​​​​​​​Nous n’avons pas vu émerger une élite locale durable à partir du diamant. De même, nous n’avons pas vu se mettre en place un Etat local suffisamment fort et qui pouvait prétendre puiser dans la ressource du diamant les revenus nécessaires à son développement. Nous avons assisté plutôt à des cueillettes opérées à un moment de l’histoire sans création durable de richesses et sans transformation de la société dans le sens du développement économique et social.

Sans épouser la thèse compromettante de la malédiction des ressources qui fait ressortir l’idée que l’abondance des ressources naturelles est consubstantielle aux conflits et à la pauvreté en RDC, le constat du gâchis et du désastre révolte et amène l’élite intellectuelle à faire l’anamnèse du diamant comme ressource ayant conduit à la paupérisation au Kasaï oriental. Le diamant est devenu au contraire un outil de corruption aussi bien dans la sphère publique que privée.

En collaboration avec l'Institut Pédagogique Supérieur de Mbuji Mayi, la Fondation Konrad Adenauer, bureau de la RDC a organisé un atelier à Mbuji Mayi du 7 au 8 mai 2021. Cet atelier a poursuivit les objectifs suivants :

  • Poser la problématique du diamant comme ressource naturelle à la base de la paupérisation et de la corruption dans la province du Kasaï oriental ;

  • Discuter des facteurs ayant engendré la corruption liée au diamant dans la province du Kasaï oriental

  • Formuler des recommandations pour que le diamant soit réellement une richesse au service de la population

     ​​​​​​