Gérer et résoudre les problèmes locaux au niveau local

Atelier à Kipushi

Séminaire à Kipushi
Séminaire à Kipushi
​​​​​​​

La Constitution de la troisième République adoptée par référendum du 18 février 2006 se distingue ainsi par l’option décentralisatrice dans l’organisation des institutions administratives. Elle a opté clairement pour la décentralisation territoriale comme mode de gestion des affaires locales, après plusieurs décennies de centralisation excessive de tous les pouvoirs à Kinshasa. Elle traduit la vision consensuelle des principales forces politiques dans le mode de gestion des affaires publiques du pays.

Dans ce contexte, la Constitution a listé clairement dans son article 3 les catégories des Entités Territoriales Décentralisées que sont la ville, la commune, le secteur et la chefferie.  Ces ETD disposent de la libre administration et de l’autonomie de gestion de leurs ressources économiques, humaines, financières et techniques.

Selon le principe de subsidiarité de la décentralisation, tout problème local doit être résolu au niveau le plus bas où on puisse le réaliser et où il est le plus pertinent.

Cependant, les ressources humaines permettant de répondre aux nouvelles attentes et exigences locales ou légales sont aussi à considérer : il en va de la capacité de mise en œuvre et de suivi des différentes actions, tant en termes de compétences que de disponibilités des acteurs locaux.

 

           C’est pour répondre à ce besoin que cet atelier de deux jours est organisé par Pole Institute avec l’appui technique et financier de la Fondation Konrad Adenauer.