Présentations & compte-rendus

Thérèse Olenga encourage les femmes politiques à la maîtrise des NTIC

Elections en RDC

La ministre provinciale du Genre, Environnement, Education, Famille et porte-parole du gouvernement provincial de Kinshasa, Thérèse Olenga, a encouragé mardi 18 février 2014 les femmes, particulièrement les femmes politiques, à « maitriser les Nouvelles technologies de l’information et de la communication » (NTIC).

« Je ne suis pas ministre d’un quelconque parti mais plutôt de toutes les femmes qui doivent faire un effort de maitriser les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Autrement, on est considéré comme analphabète », a-t-elle déclaré à l’ouverture du séminaire « Femmes politiques et les NTIC pour les élections en RDC » organisé mardi 18 et mercredi 19 février au Centre catholique Béthanie de la Gombe par la Tribune des femmes politiques de l’opposition (TFPO), en collaboration avec la Fondation Konrad Adenauer.

Aider les potentielles candidates aux élections à mieux se préparer

Pendant deux jours, les séminaristes vont dégager des pistes concrètes de renforcement des capacités des femmes et leur engagement à la prise de décisions politiques, en prenant l’engagement de « favoriser une plus grande participation de la femme dans la vie politique en RDC ».

Ce séminaire s’inscrit dans la perspective des élections à venir avec l’objectif d’aider les membres de la TFPO, potentielles candidates aux élections, à mieux s’y préparer en leur apportant des appuis susceptibles de faire face à ces enjeux.

La ministre Thérèse Olenga, a soutenu la position du Représentant résident de la Fondation Konrad Adenauer qui a exhorté les Congolaises à « ne pas se contenter d’une représentation symbolique dans les différentes structures de l’Etat et ne pas se limiter à traiter des sujets typiquement féminins comme la famille, la santé, les enfants, les affaires sociales ».

A cette occasion, elle a loué « les qualités et les efforts » de la présidente centrafricaine Catherine Samba Panza, pour la pacification de la RCA « dans des conditions très difficiles ».

Après avoir rendu un hommage appuyé à la chancelière Allemande Angela Merkel, « une dame qui a su prouver que gérer un Etat n’est pas une question d’homme ou de femme », le Représentant Résident de la Fondation Konrad Adenauer, Steffen Krüger, s’est interrogé sur le nombre de « femmes dans la politique ou au Parlement qui maitrisent des questions comme la budgétisation de l’Etat, les macro-économiques, les reformes dans le secteur sécuritaire ».

Il a appelé à « promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes » avec, en priorité, le rôle des femmes dans le leadership qui est le troisième objectif des Objectifs du Millénaire pour le Développement dont l’échéance de 2015 approche.

« Les femmes, qui prennent le rôle de leadership, ont besoin de faire croître leurs propres qualités de leadership, d’avoir la force et l’intégrité nécessaires pour résister à la corruption, à la soumission aveugle, au mépris de leur potentiel afin de pouvoir défendre leurs sœurs et démontrer les qualités de leadership féminin qui sont vitales pour construire une société meilleure et plus équitable », a dit en substance Steffen Krüger.

Il a souligné que « réussir un processus de transformation n’est pas le fait d’une génération spontanée mais d’un travail de développement intérieur, accompagné d’un engagement durable de progrès ; ce qui doit s’apprendre surtout pour des femmes qui aspirent aux rôles de parlementaires ou de gouvernantes dans des entreprises publiques ou privées ainsi que dans des structures associatives ».

« Le défi principal est celui de savoir comment préparer au mieux une génération de femmes disposant des attitudes, des compétences à même de construire un leadership transformatif au sein des gouvernements, des sociétés et associations », a-t-il relevé.

A son avis, le travail d’encadrement auquel s’affaire la TFPO revient à focaliser l’attention sur six dimensions déterminantes de la performance politique d’un acteur à savoir : la capacité de communiquer, la présentation adéquate devant le public en direct ou de manière virtuelle, la capacité de concevoir et d’élaborer un programme politique et/ou collectif à proposer à son électorat, les aptitudes à faire l’autocritique.

L’alternance au pouvoir par la femme

Le représentant de The Africain Movement of Grassroots non state organizations (AMGO), un mouvement africain des acteurs non étatiques de proximité et partenaire de l’ONU femmes, Aboubacar Limbisa, a salué cette action qui rejoint son programme d’installation des antennes Espaces genre Elections à travers les communes et les Entités territoriales décentralisée (ETD).

Ce programme porte actuellement sur la sensibilisation et l’identification des ambitions politiques des femmes nouvellement engagées dans le processus électoral comme potentielles candidates aux prochaines consultations électorales.

« Les femmes doivent jouer un rôle plus important dans le leadership de leur pays. L’alternance au pouvoir ne peut être concrétisée si la femme n’est pas assez informée sur ses droits légaux, si elle n’est pas assez renforcée en capacité d’agir », a affirmé Mme Fyfy Osambia, secrétaire exécutive nationale de la TFPO, dont le cheval de bataille est « l’alternance au pouvoir par la femme ».

Des sujets tels que « Comment mener une campagne électorale » et « Les techniques de communication » ont été développés respectivement par l’ambassadeur Henri N’Suana et l’expert Eva Kanda Elombe.

partager