Présentations & compte-rendus

Salémata premier département écologique du Sénégal

de Ute Gierczynski-Bocandé

L'importance de l'environnement pour un développement durable

L’importance de l’environnement pour un développement durable des régions frontalières » était le thème d’un symposium organisé le weekend dernier à Salémata. En effet, l’Association pour le développement du pays Bassari au Sénégal (ADPBS) et la Fondation Konrad Adenauer (FKA) avaient invité les présidents de conseil rural, maires, membres des commissions environnement, les présidentes des 56 groupements de femmes du département et des associations de la société civile pour relever les problèmesh environnementaux du département et pour apporter des propositions de solution.

Fondation Konrad Adenauer et Association pour le développement du pays Bassari au Sénégal

Salémata, premier département écologique du Sénégal

Symposium dans une salle de conférence « verte »

« L’importance de l’environnement pour un développement durable des régions frontalières » était le thème d’un symposium organisé le weekend dernier à Salémata. En effet, l’Association pour le développement du pays Bassari au Sénégal (ADPBS) et la Fondation Konrad Adenauer (FKA) avaient invité les présidents de conseil rural, maires, membres des commissions environnement, les présidentes des 56 groupements de femmes du département et des associations de la société civile pour relever les problèmes environnementaux du département et pour apporter des propositions de solution. La session s’est déroulée dans la salle de conférence assurément la plus verte imaginable : sous les manguiers du Centre de formation de Salémata.

Ainsi une bonne centaine de décideurs du département ont suivi avec intérêt les communications de Simon Diedhiou des Eaux et forêts sur les dangers et défis de la déforestation du département de Salémata et de Ousmane Djitté sur la vie en proximité du parc national Niokolo Koba. D’autres problèmes environnementaux ont été soulevés avant de questionner les traditions peules, bassari et diakhanké qui peuvent, en effet, apporter des éléments de réponses.

En trois ateliers, les conseillers ruraux et municipaux, les leaders de femmes et délégués de quartier ainsi que les leaders de la société civile ont passé des heures d’intenses discussions pour énumérer tous les problèmes de l’environnement auxquels ils sont confrontés avant de proposer des solutions viables. La conception et présentation de sketchs ont beaucoup con-tribué à une meilleure compréhension des thématiques, particulièrement des feux de brousse, du braconnage et de la réglementation du défrichage.

La charte environnementale du Sénégal, conçue par l’Université de Dakar et la Fondation Konrad Adenauer, a apporté également des clarifications et a poussé les participants des ate-liers à fixer des engagements clairs qu’ils ont promis de tenir pour arriver à des résultats palpables dans moins d’un an. En effet, cette charte a été soumise aux candidats à la présidentielle pour adhésion, cependant, elles ne sont pas encore légion, ce qui a fait dire à la représentante de la FKA que les responsables du département de Salémata sont les premiers à avoir signé la charte dans leur quasi-totalité. Cela est une vraie fierté pour la FKA et un es-poir pour l’avenir du département qui sera un modèle de développement écologique au Sénégal.

Le ministre Moustapha Guirassy, maire de Kédougou, disait lors de la cérémonie d’ouverture qu’il présidait, que Salémata avait la vocation de devenir la première ville écologique du Sénégal. Pierre Gnanga Boubane, président de l’ADPBS et premier adjoint au maire de Salemata, a élargi cet espoir à tout le département, car ses acteurs et décideurs se sont résolument tournés vers une action concertée pour un développement durable qui fera de Salémata un département phare du Sénégal. Boubane a annoncé que la coupe des champions du département de Salémata se déroulera sous la devise : « La jeunesse s’engage pour un environnement sain ». Ce thème sera également à l’honneur lors des Journées culturelles de l’ADPBS au mois de mai, le sport et la culture étant d’éminents instruments de sensibili-sation et de mobilisation des populations.

partager

Titre unique
3 mars 2012
Umweltcharta Senegal
diedhiou explique deforestation bocande