Présentations & compte-rendus

GRH et management des parcours professionnels

11ème Colloque régional Maghrébin

La Konrad-Adenauer-Stiftung (KAS) et l’Association des Responsables de Formation et de Gestion Humaine dans les Entreprises (ARFORGHE) ont organisé du 03 au 04 novembre 2016 leur 11ème colloque maghrébin sur la thématique « GRH et management des parcours pro-fessionnels ».

Le colloque a traité une thématique extrêmement actuelle compte tenu du contexte socioéconomique dans lequel les pays du Maghreb évoluent. Si le lien ombilical employeur-employé est rompu et que l’approche traditionnelle du contrat subordination sécurité de l’emploi n’est plus de mise, il faut comprendre que désormais la gestion des parcours professionnels et leur sécurisation est une responsabilité partagée par l’entreprise et son potentiel humain. A cet effet 24 intervenants représentant 4 pays maghrébins et ont développé tout au long d'une journée et demi 5 axes diffusé préalablement auprès de la communauté RH aussi bien professionnels qu’universitaires.

D’après les intervenants, la GRH n’est pas seulement une affaire de stratégie d’entreprise, elle est aussi en partie conditionnée par l’écosystème qui s’inscrit dans un monde aux prises avec la globalisation, les mutations technologiques, les changements climatiques, l’écrémage des compétences des pays les moins économiquement développés.

Les défis socioéconomiques dans les pays maghrébins sont nombreux et se distinguent en Tunisie en tous cas par le défi de la démocratisation accompagnée par des contestations de tout ordre, une absence de leadership, une multiplicité syndicale, un déclin de la valeur travail et une crise économique annoncée. Les mutations et ce contexte impactent la GRH et poussent à une gestion de la diversité réinventée, de nouveaux modes d’emploi, le manage-ment par les valeurs, le bienêtre au travail, le rôle de l’entreprise dans la RSE renouvelée, les modèles adoptés dans d’autres pays émergents qui ont réussi.

Parmi les points évoqués durant le colloque est que l’entreprise tunisienne est confrontée de plein fouet au problème de l’inadéquation système éducatif formation emploi et a parfois du mal à trouver les profils appropriés pour durer et réaliser de la performance. Une veille technologique sur les métiers innovants et un renforcement de la collaboration industrie/université sont donc à encourager. Une stratégie d’emploi plus appropriée et plus ciblée est donc une priorité.

Les participants ont proposé, entre autre, de pacifier les relations sociales et de réaliser la cohésion sociale au sein de l’entreprise, instaurer le travail décent et le développement inclusif le dialogue social est un instrument clé et une condition indispensable pour la préservation de la paix sociale .Si sa pratique est bien enracinée sous forme de négociation collective, son efficacité reste limitée pour diverses raisons notamment à cause de l’absence d’institutionnalisation.

partager