Présentations & compte-rendus

Mohamed Mzali (1925-2010), Homme d’Etat et Bâtisseur de la Tunisie contemporaine

de Hatem Gafsi
C’est l’évaluation du parcours de l'Homme d'Etat durant son mandat gouvernemental qui a été visé. l’objectif est d’apporter des précisions concernant la contribution de Mzali à la liberté d’expression, à la démocratisation de la vie politique, à l’arabisation et à la conservation des ressources naturels

les interventions étaient complémentaires et brossent le portrait de l’homme, cernant ses contributions en rapport avec chacun des rôles qu’il a occupés, comme elles traitent également de ses champs d’intérêt et de ses positions intellectuelles et politiques. De fait, le périodique « Al Fikr » qu’il a publié durant la période allant du mois d’octobre 1955 jusqu’au mois de juillet 1986, a constitué une source importante qui a été exploitée par la majorité des intervenants qui ont abordé particulièrement la problématique essentielle tournant autour de « l’authenticité ».

Plusieurs dossiers ont été abordés pour la première fois, tels que la position de Mohamed Mzali par rapport au dossier des richesses nationales, sa défense du dossier de l’arabisation et sa conviction absolue en ce qui concerne l’appel à la démocratie depuis l’aube de l’indépendance. Plusieurs intervenants ont également abordé la question de la liberté d’expression, ou ce qui avait été qualifié du printemps de l’information tunisien de la première moitié des années 80, ainsi que le rapport de Mohamed Mzali avec la jeunesse, les sports et le mouvement olympique. Il en va de même également des événements du « Pain » et de la relation trouble entretenue avec l’UGTT.

Nous soulignons l’importance des éclairages historiques apportés par nombre de figures politiques actuelles, nous en citerons Rached Ghannouchi dont l’intervention s’est focalisée sur les rapports de Mohamed Mzali avec les islamistes en Tunisie et dans l’exil. L’ex-ministre Elyes Fakhfakh a, par ailleurs, parlé des dialogues organisés par le parti politique «Ettakattol» avec Mohamed Mzali à l’issue de la naissance du collectif du 18 octobre pour les droits et les liberté, dialogues dont les questions ont tourné autour des sujets de la démocratie, la réforme de l’éducation et l’intégration des islamistes dans la vie politique. Pour sa part, Khaled Chaouket a couvert la période passée par Mohamed Mzali dans l’exil.

Ces interventions apportent des éclairages inédits sur la personnalité de Mohamed Mzali et ses rapports avec les milieux de l’opposition, ce qui constitue un complément aux témoignages donnés par ses compagnons de pouvoir, dont Hedi Baccouche et Driss Guiga.

partager