Présentations & compte-rendus

Perception des tunisiens sur la nouvelle donne politique.

de Slim Jaoued

Quel système électoral à prévoir pour les prochaines échéances?

Il s’agit d’une présentation qui a dégagé le taux de participation aux élections passant de 51% pour la constituante en 2011 à 31% aux législatives en 2019, alors que les municipales ont enregistré un taux de 22% en 2018. 

Le système électoral choisi en Tunisie depuis 2011 s’appuie sur la représentation proportionnelle au plus fort reste qui est un mode de scrutin de liste. La méthode du plus fort reste à tendance à favoriser les petits partis (une fois déduites les voix ayant permis la première attribution, les listes ayant le plus de restes l’emportent); le sondage a montré que 59% des répondants n’ont pas assez de connaissances sur le mode de scrutin actuel en Tunisie basé sur le principe du « plus fort reste ».

71% des tunisiens pensent que le mode du scrutin actuel appliqué aux législatives n’est pas efficace. 
En présence de diplomates, d'anciens ministres, de journalistes, de représentants de la société civile, d'universitaires, certains députés ont précisé durant le débat qu’il est impératif de revoir ce mode qui a prouvé son inefficacité et qui a engendré depuis l’année 2014 et encore plus en 2019, un parlement, formé d’une mosaïque de tendances et qui a causé une instabilité politique, inapte à assurer son rôle de contrôle.

Le sondage a montré aussi que 76,3% des interviewés sont favorables au changement du mode de scrutin électoral pour les élections législatives et 71,2% le sont pour les municipales. 

On distingue principalement trois types de scrutin : majoritaire, proportionnel ou mixte.

1- Scrutins majoritaires :

• Scrutins majoritaires à un ou 2 tours avec ou sans seuil .

• Uninominal ou plurinominal avec listes bloquées, vote préférentiel ou panachées. 

2- La représentation à la proportionnelle à un tour avec ou sans seuil : 

• Scrutin aux plus forts restes 

•Scrutin aux plus fortes moyenne

3-/ Le mode de scrutin mixte :

Les scrutins mixtes empruntent des éléments aux systèmes majoritaire et proportionnel. Ils combinent les deux mécanismes.

La lecture des experts, a confirmé que la Tunisie passe par une crise politique sans précèdent, qui conforte le pourcentage des sondés qui estiment que 88,4 % la qualifie comme une situation de blocage.

partager