Agrégateur de contenus

Reportages pays

2ème tour pour les élections présidentielles en Mauritanie

de Thomas Schiller

Rapport politique succinct

Agrégateur de contenus

Le premier tour des élections présidentielles en Mauritanie du 11 mars 2007 n’a accordé la majorité absolue à aucun des 19 candidats en lice. Selon les résultats annoncés lundi par le Ministère de l’Intérieur, Sidi Ould Cheikh Abdellahi et Ahmed Ould Daddah seront en concurrence au 2ème tour du scrutin, le 25 mars. Abdellahi a obtenu 24,79% des voix lors du 1er tour, Daddah le suit avec 20,68%. Zeine Ould Zeidane, ancien Gouverneur de la Banque centrale, se place en 3ème position avec 15,27%. Le candidat du groupe ethnique des Harratines (anciens esclaves), Messaoud Ould Boulkheir, a obtenu 9,8% des voix, Ibrahima Moctar Sarr, un candidat négro-africain du Sud (fleuve Sénégal), a obtenu un score surprenant de 7,9%. Le taux de participation, évalué à 70%, est resté en-deçà des pronostics. Avec Abdellahi et Daddah, les résultats des votes du 1er tour opposent un représentant de l’ancienne majorité présidentielle (Abdellahi) et de l’opposition (Daddah). Tous deux passaient déjà pour favoris dans les semaines qui ont précédé les élections et chacun dispose aussi d’une base régionale respectable.

Les élections présidentielles en Mauritanie constituent, après les élections parlementaires et communales, à la fin de l’année dernière, la dernière étape du passage à un gouvernement civil, à l’issue du putsch militaire non violent d’août 2005 qui avait conduit à la chute du long régime du Président Maaouya Ould Taya (1984-2005). La junte militaire conduite par le Colonel Ely Ould Mohammed Vall (« Conseil militaire pour la Justice et la Démocratie ») avait déjà annoncé après sa prise de pouvoir la transition à un gouvernement démocratique. Le Colonel Vall avait en outre exclu sa propre candidature aux élections présidentielles, en arguant du fait qu’il garantissait ainsi sa neutralité personnelle et la crédibilité du processus d’alternance.

Selon les premières estimations, les élections se sont déroulées dans une atmosphère globalement pacifique et correcte. Madame Marie Anne Isler Béguin, Observateur en chef de la Mission d'Observation Electorale de l’UE, a conclu au soir du 11 mars à une appréciation positive, de même que le Ministère des Affaires étrangères des Etats-Unis qui a qualifié le déroulement du scrutin de « satisfaisant ». C’est un grand succès pour un pays parmi les plus pauvres au monde et un signe encourageant pour d’autres Etats du continent. Avec ces premières élections, la Mauritanie a fait un premier pas vers la démocratie et l’Etat de droit. En revanche, il ne faut pas négliger le fait qu’à l’exception des grandes villes (notamment la capitale Nouakchott), à travers le pays les décisions de vote ont été largement marquées par les clivages tribaux. Les candidats et leurs programmes respectifs ne sont pas connus de la majorité des électeurs, aussi le poids des allégeance et alliances traditionnelles est-il d’autant plus significatif. L’achat de voix et les arrangements derrière les coulisses sont restés une triste réalité. En outre, l’attaque d’une préfecture dans le Sud du pays a provoqué la mort d’une personne.

partager

Agrégateur de contenus

Interlocuteur

Dr. Helmut Reifeld

comment-portlet

Agrégateur de contenus