Agrégateur de contenus

Symposium

Rencontre nationale sur « les partis politiques et démocratie »

 

Le 24 février la Faculté des Sciences Juridiques Economique et sociale de Rabat a organisé en partenariat avec la KAS une Rencontre nationale sur « les partis politiques et démocratie ».

Agrégateur de contenus

Détails

Le 24 février la Faculté des Sciences Juridiques Economique et sociale de Rabat a organisé en partenariat avec la KAS une Rencontre nationale sur « les partis politiques et démocratie ». Cette rencontre est la première entre les partis politique au Maroc depuis la nouvelle constitution.

Ministres, parlementaires, experts et chercheurs ont enrichi le débat sur le processus de la démocratisation au Maroc avant et après le « Printemps Arabe ». Monsieur Lahbib Choubani (PJD), le Ministre chargé des relations avec le Parlement et la société civile, a bien souligné que seule une démocratie qui implique la liberté et l’égalité et qui garanti la dignité des citoyens, peut être considérée comme efficace et fiable. Le Maroc doit vivre un changement de mentalité concernant le travail des partis politiques.

Eradiquer toute forme de corruption et établir la bonne gouvernance ne peut avoir de succès, que si les partis politiques décident d’exercer une vraie démocratie au niveau de leurs partis. En effet, les dernières années, les partis politiques se sont transformés en outils de contrôle et de pression, d’où une relation illusionnaire entre partis politiques et citoyens s’est installée dans la société.

Toutefois une chance de réussir ce changement existe, si les partis politiques se réorganisent à devenir des outils de développement social au lieu d’outils de contrôle. Désormais le rôle de la femme et la représentativité des femmes au parlement doit être un défi à confronter, surtout que la société marocaine ne manque pas de compétences féminines égales ou meilleures à leurs compatriotes masculins.

D’autres questions importantes ont soulevé une discussion entre les intervenants et les participants. Dr. Hassane Aourid a mis l’accent sur le rôle représentatif de la démocratie dans le monde arabe. Le monde arabe s’est servi de la démocratie comme façade ce qui l’a réduit à un jeu de représentation. Mais après le printemps arabe ce jeu ne peut durer. Dorénavant les partis politiques marocains devront collaborer à l’aménagement d’une nouvelle culture politique, et se créer un référentiel idéologique fiable pour s’encrer dans la société, qui ne voit dans les partis politique que des « machines électorales », car pas de démocratie sans culture démocratique.

Dr. Mohamed Hanine a souligné de son côté que „les partis clientélistes » ne peuvent se créer une légitimité dans la société. Augmenter la représentativité des femmes et des jeunes au parlement, créer une vraie opposition démocratique et respecter l’identité politique sont les défis à surmonté du nouveau gouvernement. De plus, le citoyen doit bénéficier d’un encadrement politique pour promouvoir le rôle démocratique des partis.

Pour Monsieur Ahmed Boujdad, chef du département de droit public et sciences politiques, le Maroc a connu de changements considérables au niveau de la pratique politique. C’est la complexité de la pratique politique qui a imposé le professionnalisme au niveau des partis.

partager

Agrégateur de contenus

ajouter au calendrier

Lieu de l'événement

Rabat

Publication

Partis politiques et démocratie au Maroc
lire maintenant
Politische Parteien und Demokratie in Marokko
lire maintenant
Contact

Dr. Helmut Reifeld

Contact

Dr. Ellinor Zeino

Ellinor Zeino

Leiterin des Regionalprogramms Südwestasien

ellinor.zeino@kas.de
(v.l.n.r.): Helmut Reifeld, Farid El Bacha KAS Rabat

Agrégateur de contenus

Mis à disposition par

Bureau de la Fondation au Maroc