Reuters

Titre unique

Pandémie de Covid-19 en Afrique: plus de pauvreté, de crises et de conflits?

de Henning Suhr, Benno Müchler, Thomas Schiller, Florian Karner, Mathias Kamp, Daniel El-Noshokaty, Veronika Ertl, Martina Kaiser

Aperçu sur la Côte d'Ivoire, la RD Congo, le Mali, l'Afrique du Sud, la Tanzanie, l'Ouganda

Le virus corona a également atteint l'Afrique subsaharienne. Nous rendons compte de la situation sur le terrain en Côte d'Ivoire, en RD Congo, au Mali, en Afrique du Sud, en Tanzanie et en Ouganda. Nous nous penchons également sur les questions de savoir ce que la politique allemande peut faire pour atténuer les effets négatifs du virus corona sur le continent et comment les États africains peuvent mieux se protéger contre de nouvelles pandémies.

Points clés :

› Si les gouvernements des pays étudiés ne parviennent pas à maîtriser l’urgence, nous pourrions assister à des détournements des aides et des fonds, à une perte de crédibilité des gouvernements et à une montée en puissance de nouveaux acteurs tels que les autorités religieuses, les groupes de la diaspora et/ou d’entrepreneurs influents. Ces acteurs pourraient gagner en importance à l’avenir dans la coopération allemande et européenne pour le développement.

› Compte tenu de la perte de confiance potentielle dans les gouvernements actuels dans les pays étudiés, il semble opportun que les acteurs de l’opposition interviennent dans la crise dans la mesure de leurs capacités et qu’ils se préparent à saisir les éventuelles chances qui découleraient de cette évolution des rapports de force. Par exemple, on ne peut pas exclure l’éventualité d’une formation d’un gouvernement par les partis d’opposition aux prochaines élections en Afrique du Sud en raison des pertes du parti au gouvernement. Les jeunes acteurs politiques des partis au pouvoir en particulier, mais aussi les autorités locales influentes, auxquelles on prête une volonté de changement, pourraient bénéficier de l’évolution des rapports de force. En République démocratique du Congo, un tel acteur serait par exemple Moïse Katumbi, l’ancien gouverneur de la région du Katanga.

› La situation devrait être difficile pour les acteurs de la société civile et les représentants des médias, dont la marge de manoeuvre, déjà limitée à de nombreux égards avant la pandémie, a encore été réduite par les acteurs au pouvoir par crainte d’interprétations concurrentes de la crise. Dans ce contexte, la situation est particulièrement inquiétante en Tanzanie, où le président Magufuli a, depuis son entrée en fonction en 2015, créé les conditions optimales pour empêcher toute critique publique de sa politique en imposant de plus en plus de restrictions aux médias et à la société civile.

› La coopération allemande au développement devrait donc considérer la pandémie de la covid 19 comme une occasion d’examiner la coopération de l’Allemagne avec ses partenaires actuels et nouveaux en Afrique subsaharienne et d’étudier les éventuels besoins d’adaptation des stratégies et des instruments de la politique du gouvernement fédéral à l’égard de l’Afrique. La pandémie renforce la nécessité d’une coopération internationale et du multilatéralisme.

partager