Veranstaltungsberichte

Quatrième Colloque du dialogue interreligieux sur "Religion et Libertés : Quelles corrélations"

von Kevin Anvo

Rapport d'activités du 4è Colloque sur le dialogue interreligieux, tenu les 23 et 24 février 2021, avec pour thème principal : "Religion et Libertés : Quelles corrélations"

Dans le cadre de son programme Dialogue Politique en Afrique de l’Ouest, la Konrad-Adenauer-Stiftung (KAS) et ses partenaires, le Centre de Recherche Politique d’Abidjan (CRPA) et l’Ambassade d’Israël en Côte d’Ivoire, ont organisé la quatrième (4è) édition du colloque sur le dialogue interreligieux, du 23 au 24 février 2021.

Déroulé sur deux journées, les 23 et 24 février 2021, le Colloque sur le dialogue interreligieux a réuni les acteurs religieux, politiques et ceux de la société civile depuis Abidjan, Lomé, Cotonou et Ouagadougou, sous le thème « Religion et Liberté : quelles corrélations ? ». Compte tenu de la pandémie de la COVID-19 limitant les voyages, le Colloque s’est tenu en présentiel avec un nombre restreint de participants dans quatre (4) pays de façon simultanée, notamment la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Burkina Faso et le Togo. Ces activités respectives ont été partagées en live par visioconférence afin de faciliter les échanges entre l’ensemble des participants des pays cibles.

 

La cérémonie s’est ouverte à Abidjan, ce 23 février, par une série d’allocutions des premiers responsables des structures organisatrices respectives de l’évènement, ainsi que du discours d’ouverture très apprécié de la Ministre de la solidarité, de la femme et de la cohésion sociale, Mme Mariatou KONE. Celle-ci s’est félicitée du caractère pérenne de l’évènement qui dure depuis 2017, devenant ainsi un rendez-vous institutionnel annuel incontournable. « Ce Colloque est une institution qui œuvre au vivre ensemble et à la cohabitation pacifique entre les religions. Respectons la liberté des autres à croire ou à ne pas croire et à penser autrement », a-t-elle déclaré.

Avant elle, se référant à la thématique principale de cette 4è édition, le Directeur du CRPA, Dr Moquet César FLAN, a fait remarquer que la résolution de l’interaction entre religion et liberté contribuera à la durabilité des institutions républicaines, et peut servir d’outils d’analyse et d’instrument de décisions dans l’intérêt de la paix en société.

A sa suite, M. Florian KARNER, Représentant résident de la KAS, a ajouté que ces échanges et réflexions sont primordiaux pour garantir davantage de libertés aux concitoyens pour plus de responsabilité républicaine individuelle. Ainsi, a-t-il invité l’ensemble des participants et des religieux à construire une paix positive pour le bien être social, en ces termes : « Ensemble nous construirons quelque chose de grand pour la paix des nations ».

« Cette rencontre sous régionale qui regroupe par visioconférence des participants du Togo, du Bénin et Burkina Faso entend également lutter contre les violences et autres formes de crimes violents et les discriminations religieuses », a noté l’Ambassadeur d’Israël en Côte d’Ivoire, S.E.M. Leo VINOVEZKY.

 

Les panélistes ont été réunis autour de trois thèmes, tous en lien direct avec la thématique principale de cette édition :

  • Panel 1 suivi d’échanges  

« La religion face à la problématique des libertés individuelles et collectives dans une société pluraliste »

  • Panel 2 suivi d’échanges :

« Pratique religieuse et respect des libertés fondamentales »

  • Panel 3 suivi d’échanges :

« Libertés et religion : quelles perspectives dans le contexte d’une société numérique »

 

Des panélistes, dont le professeur au Collège d’ingénieurs AFEKA Tel Aviv, Monsieur Ben Simon, le Père Gazoa, Docteur en Théologie, l'Imam Issouf Doumbia du Conseil Supérieur des Imams, des mosquées et des affaires islamiques en Côte d'Ivoire (COSIM), le président du Conseil des églises, missions et ministères évangéliques du Burkina FASO(CEMMEB), Révérend Emmanuel Kiemtore, et bien d’autres, ont enrichi les assises par leur communication respective.

En résumé, il a été question d’approfondir la réflexion sur la religion et le respect des libertés individuelles, collectives et fondamentales, puis de s’appesantir sur la façon d’envisager la religion et la liberté dans le contexte d’une société numérisée. Aux termes des interventions toutes aussi enrichissantes les unes que les autres des participants des pays hôtes, la première journée s’est terminée.

 

Le 24 février a été consacré à la tenue des ateliers de réflexion dans chaque pays. Les participants se sont constitués en quatre groupes, chacun avec une thématique. Au sortir de ces ateliers, chaque groupe a pu proposer trois recommandations liées à la thématique abordée. L’objectif de cet exercice était d’amener les participants à proposer des recommandations en vue d’un dialogue véritable entre les religieux, la population et les leaders politiques.

Ces recommandations seront synthétisées par les différents organisateurs et enregistrées dans un document commun afin d’être vulgariser auprès de toutes les cibles.

 

La cérémonie a été close sur les mots du ministre de la réconciliation nationale, M. Kouadio Konan Bertin. Il a trouvé le contexte d’organisation du colloque assez pertinent. Il s’est saisi de l’occasion pour inviter tous les acteurs politiques à œuvrer à la tenue d’élections apaisées en vue de préserver la cohésion sociale en Côte d’Ivoire. C’est sur ces notes que la séance a été officiellement levée.