Juliane Liebers

Présentations & compte-rendus

Le XXIe siècle sera le siècle de l'Europe

de Magdalena Falkner

Charles Michel, président du Conseil européen, a prononcé le 12e discours sur l'Europe de la Konrad-Adenauer-Stiftung.

Chaque année, la Fondation Konrad Adenauer invite les plus hauts représentants des institutions européennes à s'exprimer sur leur conception d'une Europe unie. Dans le douzième discours sur l'Europe, le président du Conseil européen a résumé les défis du XXIe siècle pour l'Europe : le changement climatique, la pandémie de COVID-19, la « révolution numérique » et la gestion de l'essor de l'intelligence artificielle, ainsi que la pression croissante des régimes autoritaires.

Dès le début du douzième discours sur l'Europe de la Konrad-Adenauer-Stiftung, Charles Michel a fait l'éloge des réalisations communes pendant la pandémie et a fait état de l'admiration que suscite l'Europe à l'étranger : « Ils voient le plus grand espace de démocratie et de liberté du monde. L'espace le plus avancé en terme de prospérité et de développement social. » Toutefois, il a également précisé que l'Europe ne serait en mesure de relever avec succès les défis du XXIe siècle que si elle se concentrait sur l'unité, une stratégie globale de sécurité et de défense, la prospérité, une puissance commerciale forte et une « autonomie stratégique ».

 

« Attaques contre les frontières extérieures de l’UE »

Concernant la sécurité globale, Charles Michel a abordé la question de la « pensée en silo » des différents États en matière de politique commerciale, de développement, de concurrence, de voisinage et de protection du climat.  Il a ainsi rappelé les récents événements survenus à la frontière entre la Pologne et le Belarus. Il a fait état de la demande du Conseil européen à la Commission de « prendre toutes les mesures nécessaires conformément au droit de l'UE ». Dans ce contexte, il a également souligné « le débat sur le financement de l'UE pour les infrastructures frontalières ».

 

« Des alliés forts construisent des alliances fortes »

Charles Michel s'est appuyé sur les récents développements en Afghanistan et dans la région indopacifique pour faire comprendre que l'Europe devrait assumer davantage de responsabilités à l’avenir en matière de défense et qu'une dépendance excessive vis-à-vis des États-Unis n'était « pas saine à long terme ». Il a fait référence à la « boussole stratégique », qui est en cours de préparation par Josep Borrell, le haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, et qui vise à créer la base d'une stratégie de sécurité et de défense commune pour les États membres de l'UE.

M. Michel a notamment souligné l'urgence de « créer des cyber-capacités défensives et dissuasives » et de « renforcer les synergies entre les industries civiles, spatiales et de défense » ; ainsi, le nouveau programme spatial de l'UE a été adopté en avril dernier - avec un budget record de 13 milliards d'euros.

 

« La pandémie a mis en lumière de manière implacable les problèmes existants dans l'UE »

Norbert Lammert, président de la Fondation, qui a accueilli les invités au Forum Allianz de Berlin, a indiqué que le « modèle social, politique et économique de l'UE a été mis en concurrence » et que sa « capacité à façonner les choses à l'extérieur et son utilité à l'intérieur » doivent faire leurs preuves. Néanmoins, il considère l'UE comme une « réponse viable à la perte de souveraineté à l'heure de la mondialisation ».

Après le discours du président du Conseil, Carla Hustedt, responsable du département « Société numérisée » de la Mercator Stiftung, a pris la parole. Elle a appelé à « prendre en compte les voix les plus diverses possibles » lorsqu'il s'agit de s'attaquer à la crise climatique, de traiter les technologies numériques ou la question du rôle de l'Europe dans le monde. La Mercator Stiftung soutient l'engagement des jeunes dans la politique européenne avec l'initiative « We are Europe », un projet qui facilite la discussion avec les décideurs politique.

Lors d’une table ronde qui a suivi, Charles Michel a discuté avec Lukas Hochscheidt (président, Polis180), Rina Hajdari (diplômée, Hertie School of Governance), Anya Suprunenko (directrice exécutive, Parlement européen des jeunes) et Peter Techet (journaliste indépendant et chercheur associé, We are Europe) de la manière de mieux intégrer les jeunes dans le dialogue européen et de créer davantage d'égalité des chances. C'est également un thème de la conférence sur l'avenir de l'Europe, comme l'a souligné M. Michel. Il s'agit d'un organe politique qui a été officiellement lancé le 9 mai 2021, lors de la Journée de l'Europe, et qui doit « formuler de nouvelles réponses pour l'avenir de la démocratie européenne » et « tracer les prochaines étapes de l'intégration européenne » d'ici 2022.

 

„Europe Bottom-Up“

Volker Hassemer, président de la Stiftung Zukunft Berlin, a conclu que « l'Europe doit se préoccuper directement de ses propres intérêts et d'elle-même ». Malgré tous ses succès, l'UE s'est trop développée « du haut vers le bas » au cours des dernières décennies. Selon lui, ce dont l'Europe a besoin de toute urgence, c'est de la participation et de la coresponsabilité des Européens – un mode de fonctionnement « du bas vers le haut ».

 

Veuillez cliquer ici pour voir le contenu.
Ou ajustez vos paramètres de cookies dans la protection des données.

Le 12e discours sur l'Europe de la Konrad-Adenauer-Stiftung

Notre livestream en français

3q.video

partager

Contact

Tim Peter

Portrait Tim Peter

Wettbewerbsfähigkeit Europas

tim.peter@kas.de +49 30 26996-3826
Kommentare

Bitte melden Sie sich an, um kommentieren zu können

À propos de cette série

La Fondation Konrad-Adenauer, ses instituts, centres de formation et bureaux à l'étranger proposent tous les ans uin grand nombre de manifestations dédiées à des thèmes différents. À l'adresse www.kas.de, nous vous présentons, de manière actuelle et exclusive, des conférences, événements et symposiums. Outre un résumé thématique, vous trouverez ici aussi du matériel supplémentaire tel que des photos, des manuscrits de discours, des vidéos ou des podcasts radio.