Canva/Hermann Boni

Análisis y Opiniones

How does the European Peace Facility function?

Administrative procedures and political stakes

After the first study on the new European Peace Facility (EPF) and the second on African reactions, the Konrad Adenauer Foundation's Security Policy Dialogue Program (SIPODI) and the Peace Research and Information Group (GRIP) of the Boutros Ghali Observatory for Peace (OBG) are officially launching a third study, this time with a no less relevant question: how does the European Peace Facility work - in practice? This study takes a look at the administrative procedures and political issues of the EPF. By changing the action of the EU, the EPF is probably not granted by a simple snap of the fingers to the applicant countries. The need for its implementation must also be relevant to the security and diplomatic needs identified by the EU member states. Indeed, the granting of the EFF is subject to a meticulous procedure ranging from the management of assistance measures to sanctions, including the conditions of assistance and subsequent controls. In order to generate fruitful exchanges and dialogues around this new product, experts, researchers, professionals from the world of international security and diplomacy as well as the interested public are crossing their glasses on this third study. You will regularly read comments, reflections, and discussions as rich as varied on all our networks and communication channels.

La Facilité européenne pour la paix (FEP) est un nouvel instrument financier appelé à modifier l’action de l’Union européenne (UE) sur la scène sécuritaire internationale. Elle doit plus précisément changer la manière dont l’UE coopère avec ses partenaires dans le domaine de la défense. À ce titre, la Facilité est particulièrement importante pour l’Afrique. Ce continent, en effet, est l’une des cibles privilégiées des mesures d’assistance militaire de l’Union. Les acteurs africains impliqués dans des opérations de paix ou dans la lutte contre le terrorisme pourraient être directement impactés par les nouveautés introduites par la FEP. Ils ont dès lors tout intérêt à en appréhender les enjeux et les procédures.

 

La Facilité demeure à ce jour mal connue au sud de la Méditerranée et du Sahara. Pourtant, avant qu’elle ne soit adoptée, en 2021, elle avait fait l’objet d’un long et intense débat en Europe. Mais ce débat n’a eu qu’un faible écho en Afrique. Les Européens n’ont communiqué vers l’extérieur que de manière limitée à son sujet, alors que de leur côté, les institutions africaines ne se sont intéressées que tardivement et partiellement aux enjeux qui étaient discutés à Bruxelles. Résultats : lors du Forum de Dakar qui s’est tenu les 6 et 7 décembre 2021, soit huit mois après l’adoption définitive de la FEP par l’UE, les leaders et les chef d’États africains présents découvraient l’existence de cet outil non sans un certain étonnement, tout en ignorant toujours ses contours, ses caractéristiques et son fonctionnement.

 

C’est pour tenter de remédier à ce manque de communication entre l’UE et l’Afrique qu’à la fin de 2020, la Fondation Konrad Adenauer et l’Observatoire Boutros-Ghali du maintien de la paix ont lancé une série d’études sur la FEP, dans le but de mieux la faire connaître. La première étude s'est focalisée sur les caractéristiques de l’instrument, sur le changement de paradigme qu’il comporte et sur le long débat qui l'a accompagné en Europe . La deuxième étude a changé de perspective, et s'est focalisée sur la manière dont la Facilité européenne pour la paix a été accueillie en Afrique une fois que les Africains ont eu écho de son existence .

 

Ce troisième article sur la FEP se veut cette fois-ci plus concret et moins théorique. Il vise à décrire comment fonctionne la nouvelle Facilité tant d’un point de vue administratif que d’un point de vue politique. Un tel objectif peut apparaître aux premiers abords rébarbatif. S’aventurer dans les méandres institutionnels et procéduriers de l’UE n’est pas chose facile. Pourtant, cet exercice est politiquement parlant. Derrières les normes administratives et procédurales qui régissent la Facilité, en effet, se cachent les choix fondamentaux que les Européens ont fait au sujet de leur coopération militaire et sécuritaire, notamment avec l’Afrique.

 

Pour cerner cet enjeu, l’étude entend ainsi se focaliser tant sur les procédures administratives de la FEP que sur les considérations politiques qui régissent la prise de décision et la gestion de l’outil. L’étude examinera en outre comment l’UE entend conditionner politiquement l’aide qu’elle fournira à ses partenaires.

 

Avant tout cela, cependant, une mise en contexte est nécessaire. Le paragraphe qui suit se chargera de rappeler brièvement quelles sont les nouveautés introduites par la Facilité, et en quoi elles changent la nature de la coopération sécuritaire entre l’Union européenne et l’Afrique. Pour saisir les choix administratifs et procéduraux adoptés dans le cadre de la FEP, en effet, il est indispensable de bien comprendre les évolutions politiques que cet outil apporte par rapport aux instruments qui l’ont précédé.

Compartir

Sobre esta serie

La serie informa de forma concentrada sobre las posiciones importantes de la Fundación Konrad Adenauer en temas de actualidad. Los números individuales presentan las principales conclusiones y recomendaciones, ofrecen breves análisis, explican los planes futuros de la Fundación y nombran a las personas de contacto de la KAS.

Dra. Kristin Wesemann

Dr

Jefe de Estrategia y Planificación

kristin.wesemann@kas.de +49 30 26996-3803

Sophie Steybe

Referentin Publikationen

sophie.steybe@kas.de +49 30 26996-3726