sezerozger/stock.adobe.com

Analyses et Arguments

Des écoles turques en Allemagne

de Otmar Oehring

Entre transmission linguistique et propagante étatique

La Turquie souhaite ouvrir trois écoles turques en Allemagne. Des négociations ont été entamées. Si le souhait de la communauté turque de voir la langue et la culture turques transmises dans les écoles allemandes est compréhensible, reste à savoir s’il est nécessaire pour cela de créer des écoles turques en Allemagne. Ce numéro de Analysen & Argumente examine la situation actuelle et approfondit le sujet.

La Turquie revendique la création de trois écoles turques en Allemagne. Des négociations ont été entamées. L’Allemagne profite de ces négociations pour clarifier le statut juridique des trois écoles de l’ambassade d’Allemagne en Turquie, dont l’école Alman Lisesi de langue allemande à Istanbul.
 
Si la promotion de la langue et de la culture turques représente une ambition légitime, reste à savoir si la création d’écoles turques en Allemagne est nécessaire pour garantir la poursuite de cet objectif. Les élèves des écoles de l’ambassade d’Allemagne en Turquie ne séjournent dans ce pays que de façon temporaire. En revanche, les Turcs et les étudiants d’origine turque se projettent en Allemagne.
 
D’autre part, il est très probable que les programmes et les méthodes d’enseignement turcs ne soient pas autorisés en Allemagne. Il est à craindre que l’État turc n’exerce ici une influence inadmissible. Comme alternative à la création d’écoles turques, il faudrait renforcer l’enseignement de la langue turque dans les écoles publiques en Allemagne.
 
Consultez ce numéro de Analysen & Argumente ici au format PDF.

 

partager

Interlocuteur

Dr. Otmar Oehring

Dr

Internationaler Religionsdialog

Otmar.Oehring@kas.de 030 26996 - 3743

À propos de cette série

Die Reihe informiert in konzentrierter Form über wichtige Positionen der Konrad-Adenauer-Stiftung zu aktuellen Themen. Die einzelnen Ausgaben stellen zentrale Ergebnisse und Empfehlungen vor, bieten Kurzanalysen, erläutern die weiteren Pläne der Stiftung und nennen KAS-Ansprechpartner.