Neil Palmer/flickr/Lizenz CC BY-NC 2.0

Reportages pays

Entre coutumes et législation: les droits fonciers en Afrique de l’Ouest

de Katharina Hopp

Voies et moyens pour la mise en œuvre des droits fonciers actuels des femmes au Burkina Faso, au Bénin et au Togo

La majorité de la population du Burkina Faso, du Bénin et du Togo vit de l'agriculture et de l'élevage. Le cadre juridique de la gestion des terres est caractérisé par un dualisme entre le droit étatique et les droits coutumiers traditionnels. Les lois coutumières locales régissent encore principalement la propriété, l'utilisation et la cession des terres. Seuls quelques petits agriculteurs sont enregistrés comme propriétaires fonciers au niveau de l'État. Dans ce contexte, les femmes n'ont de facto aucun accès sécurisé à la terre - malgré leur rôle central dans l'agriculture et l'égalité juridique. Afin de renforcer le processus de mise en œuvre des lois foncières modernes et, partant, le rôle économique des femmes et la sécurité alimentaire, un dialogue intensif et une coopération étroite entre les femmes directement concernées, les organisations de la société civile, les autorités coutumières et religieuses, les pouvoirs publics et les autres décideurs politiques sont nécessaires.

Télécharger le rapport par pays en pdf

 

partager

À propos de cette série

La Fondation Konrad-Adenauer est présente avec son propre bureau dans 70 pays du monde sur les cinq continents. Les collaborateurs locaux peuvent rapporter de première main les événements actuels et les évolutions à long terme dans leur pays d'accueil. Leur « rapports nationaux » présentent en exclusivité aux utilisateurs du site Internet de la Fondation Konrad-Adenauer des analyses, des informations de fond et des évaluations.